Episode 2 : La transition alimentaire.


Nutrition / vendredi, janvier 25th, 2019

Dans ce nouvel épisode de « Demain j’arrête les croquettes » il s’agira d’aborder les points essentiels pour réussir au mieux la transition alimentaire de votre petite boule de poils. Mon objectif ici est de vous donner toutes les informations nécessaires afin de comprendre ce qu’est une transition alimentaire, vous expliquer pourquoi cette étape est nécessaire et comment la réaliser en toute sécurité. Enfin, je vous ferais aussi un retour d’expérience en vous présentant la transition alimentaire que j’ai réalisée sur mon chat, alias Linette.

Avant toute chose, Il est important de garder à l’esprit qu’un changement d’alimentation n’est jamais sans risque pour la santé de votre animal et au moindre doute ou changement de son état de santé n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire. S’il présente une quelque conque pathologie, ou en a présenté une par le passé, a subi une intervention chirurgicale, est sous traitement médical ou n’importe quel autre état qui nécessite un suivi particulier, n’entamez jamais de changement alimentaire sans en avoir, au préalable, discuté avec votre vétérinaire. Les mesures de sécurité ayant été annoncées nous pouvons entrer dans le vif du sujet.

  • Qu’est-ce qu’une transition alimentaire et pourquoi est-elle nécessaire ?

On parle de transition alimentaire dès lors qu’un changement de régime s’effectue, passer d’une alimentation sèche à une alimentation humide est un changement de régime qui doit nécessiter une phase d’adaptation de l’organisme. Cette phase, dite « de transition », va permettre à l’organisme du chat ou du chien de tolérer au mieux ce changement. Cette dernière doit être instaurée lors de toute modification des habitudes alimentaires : lors de l’introduction d’une nouvelle marque, d’une nouvelle saveur, passer du sec à l’humide, ou l’inverse des croquettes aux boîtes, des boîtes à la ration ménagère voir au BARF… Bref vous l’aurez compris dès lors qu’il y a une nouveauté dans son alimentation, il doit y avoir transition ! Vous trouverez cela sans doute exagéré de faire une transition alimentaire lorsque l’on change de marque de croquettes ou de saveur, vous l’avez sans doute fait plus d’une fois y êtes allé franco et tout s’est déroulé sans encombres… Passer d’une alimentation industrielle à une autre n’entraînera pas de réelles modifications de la flore intestinale (sauf dans le cas de l’intolérance à un composant), les procédés de fabrication sont plus ou moins similaires ainsi que les recettes utilisées les seuls désagréments que vous pourriez rencontrer c’est un refus de la part de voir animal de consommer ses nouvelles croquettes car, sans phase de transition, il n’aura pas été habitué au nouveau gout ou à la nouvelle texture ce qui risque de fortement lui déplaire… Il est important de garder à l’esprit, qu’à ce jour, nos chats et nos chiens sont contraints à consommer le même repas tous les jours durant toute leur vie… ne vous inquiétez pas je ne vous lancerai pas sur le débat des croquettes c’est contre nature car celle-ci prône la diversité… ce qui m’intéresse ici c’est de vous expliquer au mieux l’importance de la transition alimentaire et pour cela à titre de comparaison nous prendrons un nourrisson qui lui est habitué à consommer exclusivement du lait maternel, nous souhaitons alors le passer à un lait maternisé autrement dit au biberon, il aura, à moins d’une intolérance, au pire quelques légers inconforts sur le plan digestif mais rien d’alarmant, pour nos amis à quatre pattes cela reviendrait à changer de marque de croquettes, maintenant prenons ce même nourrisson qui a grandi on souhaite alors le passer à ses premiers petits pots, nous irons graduellement en introduisant de manière progressive le nouvel aliment, pourquoi ? car sa flore intestinale n’est pas assez développée et qu’il faut un certain temps ! Pour un chat ou un chien c’est donc très similaire il faut du temps pour que les enzymes digestives soient sécrétées par l’estomac, le pancréas et l’intestin grêle en quantités adéquates par rapport aux nouveaux apports nutritionnels. De plus, le gros intestin d’un chat ou d’un chien contient des milliards de bactéries. L’équilibre de cette flore intestinale est extrêmement dépendant du régime alimentaire. Un changement soudain d’alimentation peut provoquer des perturbations digestives et des diarrhées voir même des intolérances ou des allergies. Pour éviter cela, vous l’aurez compris, il faut donc faire les choses progressivement.

Concrètement comment doit-on procéder ?

Une transition alimentaire doit respecter certaines étapes. Elle doit se faire sur une période assez longue. Certains vous recommanderons de la faire sur 10 jours, personnellement, je trouve cette période bien trop courte si l’on souhaite passer de repas 100% industriels à du 100% frais et fais maison ou à du BARF ! A mon sens, il faudrait un bon mois, mais là encore tout dépendra de votre animal. Certains toléreront leur nouveau repas assez rapidement, surtout s’ils ont été habitués à être régulièrement nourris sous la table… Quoi qu’il en soit, plus la transition alimentaire est faite progressivement et mieux ce sera pour la santé de votre animal. Pour cela, à titre d’exemple, voici le planning que j’ai réalisé pour mon chat lorsque je l’ai passé d’une alimentation 100% industrielle à du 100% fait maison.

Ex : Passer des croquettes, à une alimentation fraîche faite maison 

Semaine 1  (durant 7 jours) : 75% de l’ancienne alimentation + 25% de la nouvelle

Commencez par diminuer la ration de croquette de 25% puis donnez comme encas les 25% restant du nouvel aliment. Votre animal aura ainsi le temps de s’habituer à la nouvelle texture ainsi qu’au goût beaucoup moins prononcé, du fait de l’absence d’exhausteurs de goût.

Semaine 2 et 3 (durant 15 jours)  : 50% de l’ancienne alimentation + 50% de la nouvelle

S’il consomme plusieurs repas par jour, alternez entre un repas à base de son ancienne alimentation industrielle, avec un repas que vous aurez cuisiné (vous l’aurez compris mélanger les deux risquerait d’inciter votre animal à faire le trie entre les aliments; et à coup sûr votre préparation ne fera pas le poids face aux croquettes ! )

Semaine 4 (7 jours) : 25% de l’ancienne + 75% de la nouvelle

C’est donc l’inverse de la 1ere étape ne donner les croquettes qu’en encas et la nouvelle alimentation sera cette fois exclusivement réservée au(x) repas que vous lui aurez cuisiné.

Semaine 5 : du 100% Homemade ! Fini les aliments industriels ! Il est important dans ce cas de bannir tout produit industriel, il en va de la santé de sa flore intestinale. Si toutefois vous souhaitez revenir à une alimentation industrielle, il vous faudra repasser par une période de transition alimentaire et ce, même si cela ne fait d’un mois que votre animal est sous son nouveau régime.

  • Linette et sa transition alimentaire :

Abordons maintenant la partie qui à mon sens est la plus intéressante, autrement dit, comment s’est déroulée concrètement la transition alimentaire de Linette et autant vous annoncer tout de suite la couleur ça n’a pas été simple ! Mon chat est capricieux oui bon…vous me direz c’est un peu normal c’est un chat !  je vous arrête tout de suite, Linette c’est comme qui dirais-je du grand art !!! Lors de la 1ère étape qui rappelons-le, consistait à donner de la nourriture fraîche comme encas, ! tout allait bien elle était même ravie ! mais dès lors qu’elle comprit que sa ration de croquettes et de sachets fraîcheur diminuait drastiquement elle ne s’est plus du tout laissé faire! ah ! je l’imagine me dire mais « tu fais quoi… tu crois que je ne vois pas clair dans ton petit jeu … rends- moi tout de suite mes croquettes ! » et pour se faire comprendre elle m’en a fait voir de toutes les couleurs ! Madame a des exigences ! Elle commença par ne plus vouloir manger dans sa gamelle, elle décréta que désormais ma main lui servirait de récipient ! (preuve à l’appui)

Elle se mît à sortir toute la nourriture de sa gamelle puis à la manger une fois à l’extérieure histoire d’en mettre bien partout ! à trier les aliments … un jour elle se réveilla et décréta sans raison apparente qu’ à partir de ce jour tout ce qui était orange et qui ressemblait à de la carotte était bon pour la poubelle ! Alors oui, il y a eu des caprices et j’ai mainte fois voulu tout arrêter et revenir aux aliments industriels… seulement voilà, le simple fait de la voir ronronner en présence d’un vrai morceau de viande (non transformé), de la voir prendre le temps de mâchouiller son morceau de dinde et ne pas gober sa ration en moins de 30 secondes chrono !!!!!d’être rassasiée au bout de quelques bouchées… contrairement à la tonne de croquettes qu’elle pouvait avaler … et bien cela vous procure un sentiment de satisfaction sans précèdent, vous ne la gavez plus vous la nourrissez ! Ah mais j’oubliais le plus important ! l’argument que je lisais un peu partout et qui me paraissait un peu exagéré… la litière qui ne sent plus du tout mauvais ! Alors bon je vous l’accorde il faut du temps ce n’est pas du jour au lendemain qu’il n’y aura plus d’odeur nauséabonde mais une fois cette période de transition passée et que tout produit industriel a été banni, vous pouvez dire adieu aux désodorisants toxiques utilisés pour chasser les mauvaises odeurs car il n’en aura plus ! la quantité de selles, quant à elle, diminue considérablement sans pour autant que cela ne soit pathologique ! je ne sais pas vous, mais moi ça reste l’argument premier qui m’empêche de revenir à une alimentation industrielle bien avant celui de sa santé (je plaisante) ! Question tour de taille elle a aussi perdu pas mal de poids non pas parce qu’elle ne s’alimentait pas assez, mais tout simplement parce qu’il y avait très peu de glucides dans sa ration et, suffisamment de protéines pour n’avoir qu’une fonte graisseuse et non musculaire ! attention tout de même à ce que votre animal ne perde pas trop vite du poids car cela pourrait être dangereux pour sa santé et des problèmes hépatiques pourraient apparaître, le but étant de leur redonner de la vitalité et non de les affamer ! Sachez que toute bonne chose prend du temps et, c’est en faisant les choses progressivement, que vous obtiendrez les meilleurs résultats.

Cette phase de transition alimentaire est aussi le moyen pour vous de découvrir le palais de votre animal. Comme tout être doté d’une perception gustative, il appréciera certain aliment et s’en détournera d’autre ! Le meilleur moyen de les découvrir c’est de lui en faire tester un certain nombre ! Et là une certaine crainte s’installe en vous ! Vous vous dites sans doute, mais si par mégarde je lui donnais un aliment qui pourrait lui nuire, sous-entendu toxique, à cela je répondrais qu’il faille bien entendu se renseigner sur les aliments à ne pas donner (j’en parlerais dans l’épisode 3) mais qu’il n’y a pas tant de risque que cela puisque votre animal s’en détournera naturellement. Les animaux ont un instinct, ils savent reconnaître ( si l’aliment n’est pas masqué par une odeur alléchante) ce qui est bon pour eux, alors faites lui confiance. J’ai moi-même appris et découvert beaucoup de choses en présentant un à un les aliments à mon chat. J’ai, par exemple, découvert qu’elle aimait la salade verte, ce qui me parut étonnant ! Elle aimait aussi tous les poissons mais pas les crustacés ! pourtant j’étais certaine qu’elle aimait les crevettes car elle appréciait les sachets fraîcheur aux crevettes ! J’ai aussi découvert dans la catégorie complément alimentaire, qu’elle appréciait le goût très prononcé de la spiruline alors qu’elle déteste la levure de bière… En résumé après 12 ans de vie commune j’ai enfin appris à connaitre mon chat !

Voilà je pense m’arrêter là même s’il y a encore tellement à dire ! mais je préfère m’en tenir à l’essentiel au risque de vous paraître trop indigeste !

Comme promis, voici une recette qui convient à la fois aux canidés et aux félidés ! Cette recette ne constituera pas un repas complet, mais pourra être donné comme encas lors de la 1ère étape de votre transition alimentaire. C’est lors de cette étape que vous découvrirez ses goûts ainsi que les textures qu’il apprécie, je vous souhaite beaucoup de courage, surtout aux propriétaires de chats connus pour avoir l’un des palais le plus exigeant du règne animal ! Quant à moi, je vous retrouverai dans 2 semaines, le vendredi 8 février, pour un 3ème épisode de la série Demain j’arrête les croquettes ! où nous aborderons le fameux thème des besoins nutritionnels de votre animal et nous verrons comment faire pour avoir une ration parfaitement équilibrée. Je vous dis donc à très vite et si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser 😉 @Linette & Lou

Recette encas pour chiens et chats :

Les petites bouchées à la viande 

*Ceci ne constitue pas un repas complet

  • 150g d’escalope de dinde crue
  • 1 foie de volaille
  • 1 carotte (ou courge)
  • 1 courgette (ou petits pois / haricots verts)
  • 1 œuf
  • 1 filet de thon ou de sardine à l’eau
  • 1 cuillère à café d’huile d’olive

Dans un premier temps préchauffez votre four à 180°C, puis commencez par éplucher vos légumes et faites-les cuire à l’eau ou à la vapeur (attention le volume des légumes doit toujours être inférieur à celui de viande).

Pendant ce temps, sortez votre hachoir et mettez-y l’escalope de dinde, le foie de volaille, le filet de thon ou sardine, votre œuf entier ainsi que la cuillère à café d’huile d’olive (si votre thon ou sardine est déjà à l’huile d’olive il n’est pas nécessaire d’en rajouter). Hachez le tout afin d’obtenir une texture assez lisse (sans gros morceaux). Mettez cette préparation dans un bol.

Une fois cuits, retirez les légumes et égouttez-les (cette étape n’est pas nécessaire lors de la cuisson vapeur) puis hachez-les grossièrement.

Incorporez les légumes au haché de viandes, bien mélanger puis transvaser la préparation dans un plat allant au four. Cuire à 180°C durant une 20taine de minutes (tout dépendra de la puissance de votre four). Une fois cuit, laissez tiédir puis découpez la préparation en petites bouchées pour un chat et en moyenne bouchée pour un chien. Voilà Bon appétit !

N’oubliez pas, soyez patient c’est une texture que votre animal ne connait pas et une odeur beaucoup moins forte, laissez-lui le temps de s’y habituer et surtout ne mettez pas ses bouchées dans la gamelle donnez-les lui comme un vrai encas c’est-à-dire à la main !

Une réponse à « Episode 2 : La transition alimentaire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *